Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Aller en bas

Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Lun 11 Nov - 17:28


Encyclopédie de Shogun & Daimyo

Informations historiques et culturelles sur le Japon de l'ère Sengoku (1551)

S'il est encore besoin de le dire, la civilisation et l'histoire du Japon sont complexes et sophistiquées. S&D s'immergeant pleinement dans la période dite du "Sengoku" ("Provinces en Guerre"), située à la jonction des périodes Muromachi et Edo, il est aussi utile que nécessaire d'avoir à disposition des joueurs un socle facilement accessible de connaissances de références sur l'époque et la culture japonaise, pour que le RP se fasse du mieux, et que les réactions et actions des PNJ ne surprennent pas... trop.
Attention: Ceci n'est pas un topic de règles, mais bien d'indications et d'informations.

Index:


Dernière édition par Syllas - Shogun Ashikaga le Mar 17 Déc - 9:53, édité 3 fois

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Mar 19 Nov - 13:25



Présentation de l'archipel japonais

Le Japon possède une situation unique; c'est une nation insulaire, composée de quatre principales îles:

  • Honshu:
    C'est l'île principale, vaste terre, s'échelonnant entre ses montagnes enneigées du nord et ses riches régions agricoles et volcans du sud. Elle se divise elle-même en cinq régions, du nord au sud: le Tosando, la plus grande mais aussi la moins peuplée, montagneuse et couverte d'épaisses forêts; l'Hokurikudo, riche territoire agricole et minier de la côte de la mer du Japon; le Tokaido, la plus commerçante des régions, sur les pentes du Mont Fuji; le Kansai, coeur du pays, où se trouve la capitale, région très peuplée et urbaine; et enfin le Chugoku, territoire montagneux bordant la Mer Intérieure.
    C'est sur Honshu que se trouvent les principaux centres de décision stratégiques, les meilleures terres agricoles et les plus importantes routes commerciales terrestres. On y trouve également Kyoto, la capitale.
  • Kyushu:
    La deuxième île la plus peuplée, Kyushu est une vaste territoire bordant les mers du sud. Le climat y est chaud, et l'île est constellée d'anciens volcans. Les clans de cette île sont riches et marchands, et on y trouve de grands ports, comme Fukuoka, Nagasaki, Kokura et Kagoshima. Le centre d'autorité de Kyushu est à Dazaifu, dans la province de Chikuzen.
  • Shikoku:
    Située entre Kyushu et Honshu sur la Mer Intérieure de Seto, Shikoku est plus petite et moins peuplée que celles-ci, mais profite de sa position centrale pour abriter des clans riches et influents.
  • Ezo ou Hokkaido:
    Ezo est la plus au nord des îles. Froide et couverte de forêts, elle est principalement peuplée par les indigènes aïnous, chamans et chasseurs adorant l'ours. Les japonais ne contrôlent que la pointe sud de l'île, où le clan Matsumae occupe des postes de commerce de fourrure.


Dernière édition par Syllas - Shogun Ashikaga le Mer 18 Déc - 19:01, édité 2 fois

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Dim 24 Nov - 1:19


Image de la bataille de Dan-no-Ura, qui conclut en 1185 la guerre de Genpei par la victoire des Minamoto sur les Taira

Brève histoire du Japon jusqu'au moment du début du jeu

Au milieu du XVIème siècle, le Japon est l'héritier de près de deux millénaires d'histoire, une histoire riche et et déterminante si l'on désire comprendre la situation. Ceci n'a pas pour objectif d'offrir une vision exhaustive de l'histoire japonaise, juste de donner les principaux éléments afin de comprendre les origines des grandes institutions, de certains clans et de certains conflits. Evidemment, plus on s'approchera du début de la partie (1551), plus cela deviendra plus détaillé afin de vous permettre de mieux développer vos stratégiques et anticiper les actions des PNJ, notamment du shogunat.

Le Japon avant l'an mil
Au commencement, il y avait les Dieux; ils ont crée le Japon, établissant la première terre sur l'océan. Par la suite, ils l'ont peuplée de milliers de créatures, chacune d'entre elle étant un esprit - un kami (cf. partie de ce topic sur la culture japonaise). A la fin, les hommes aussi y ont étés installés, et, pour régner sur eux, le premier empereur, descendant d'Amaterasu, la déesse du soleil: il s'agit de Jimmu Tenno, l'Empereur Jimmu, dont tout les empereurs postérieurs descendent (ce personnage est considéré comme légendaire par les historiens). Le début de son règne conclut l'âge des dieux, et débute la traditionnelle succession impérale.

Au fil des siècles, le territoire du chef tribal Yamato - ce premier empereur - s'étend, depuis la plaine centrale du Kansei (voir post "géographie" ci-dessus), incorporant au passage des petits royaumes voisins peu connus (Kibi, Izumo, notamment), et repoussant vers le nord-est les emishis, les habitants indigènes du nord de Honshu apparentés aux aïnous de Hokkaido. C'est ainsi que naît l'empire japonais.

Au fur à mesure que le pouvoir s'établit, l'autorité de la maison impériale, quoique incontestée, tombe sous l'influence de grandes familles, premiers maîtres de l'ombre. Les premières d'entre elles, les Mononobe, les Soga et ensuite les Nakatomi, qui ont donné naissance au clan Fujiwara. Ces derniers, du VIIIème siècle au XIème, seront les maîtres réels du Japon, servant de régents (sessho et kampaku) des empereurs, qui furent dépourvus de tout pouvoirs, et réduits au rôle de chef symbolique du peuple. Le régent Fujiwara possédait une autorité absolue, et la famille a été reconnue comme la seule digne de se marrier avec les membres du clan impérial (Yamato), ce qui resterait un fait jusqu'au marriage du prince Akhihito à la fin du XXème siècle.

La période de la régence Fujiwara est appellée la période "Heian", "paix céleste", et va jusqu'à la fin du XIIIème siècle.

De l'an mil à la fin de la guerre de Genpei (1185)

Toutefois, passé l'an mil, l'autorité des Fujiwara est affaiblie par la naissance d'une nouvelle catégorie sociale: les samurais. Ces guerriers polyvalents, issus de la petite noblesse aussi bien que des roturiers guerriers, est établie dans les provinces et combat pour des chefs locaux. L'arme de prédilection des samourais - aussi appelés "bushi", ce qui signifie "guerrier" - est le grand arc japonais "yumi", mais ils sont aussi redoutable au sabre et à la hallebarde naginata.
En même temps, l'incurie de l'administration des derniers Fujiwara aboutit finalement au renversement de leur régence en 1167 par Taira no Kiyomori, chef du puissant et riche clan Taira, qui constitue le premier gouvernement dominé par les samourais - l'ancêtre du shogunat.
Toutefois, le pouvoir du clan Taira est rapidement défié par leurs vieux rivaux, les Minamoto, autre grand clan samourai, et cela déclenche une guerre pour la suprématie entre ces deux clans, la guerre de Genpei. qui parvient à prendre la capitale, et vainc en 1185 les Taira à la bataille navale de Dan-no-Ura, conduisant au naufrage du navire transportant le jeune empereur Antoku - fils d'un empereur et d'une courtisane Taira - et les insignes impériaux sacrés.

Minamoto no Yoritomo, chef du clan Minamoto, élimine ensuite son demi-frère le génial stratège Minamoto no Yoshitsune, grâce à qui cette victoire était possible, et devient le premier shogun de l'histoire du Japon, le commandant-en-chef, contrôlant l'armée du pays, et régnant en tant que dirigeant réel depuis Kamakura, sa capitale, dans l'est (province de Sagami). C'est le premier des shogunats.

Le shogunat Kamakura (1192-1338)

Ironie du sort, le pouvoir du shogun, homme contrôlant l'empereur... passe bientôt aux mains d'un de ses subordonnés, qui lui-même devient le vrai maître: le shikken, bras droit du shogun, issu de la famille Hojo, s'empare dès la mort de Yoritomo du pouvoir effectif sur le Japon. Et ainsi continua pendant cent-cinquante ans le shogunat, établissant un Japon unifié, repoussant vers le nord les émichis jusqu'à totalement les éliminer, et rejetant à l'ouest les invasions mongoles.

Toutefois, rapidement, la faiblesse intérieure du gouvernement devint claire, et le pouvoir commença à chanceller. Le coup vint de l'empereur Go-Daigo, l'empereur à Kyoto, se résolut à récupérer le pouvoir de ses ancêtres, et de restaurer le pouvoir impérial: c'est la restauration Kenmu. Avec l'aide de forces anti-shogunat et de son autorité, il expulse les forces gouvernementales de la capitale, et menace de renverser l'ordre ancien. Face à cela, Kamakura fait appel à un militaire exceptionnel: Ashikaga Takauji, qui, rassemblant une armée, parvient à vaincre celle des impériaux, rétablit le pouvoir du shogun à Kyoto... et se proclame lui-même shogun!

C'est le début du shogunat Ashikaga, le deuxième shogunat japonais. Après sept ans de combat, en 1338, la court du sud de l'empereur abandonne, et le Japon est de nouveau sous un seul chef et un seul gouvernement.

Le shogunat Ashikaga (1338-début du jeu)

Le nouveau pouvoir établi par le clan Ashikaga a établi un shogunat modernisant le vieil état de Kamakura, s'établissant dans le palais de Muromachi de la capitale (d'où le nom de la période, nommée "ère Muromachi"), étant protecteur des arts et lettres, et surtout en développant une vassalité nombreuse. Toutefois, en transférant de nombreuses responsabilités aux gouverneurs provinciaux (les shugo, prédecesseurs des daimyos), en recourant à l'appel aux vassaux, daimyos et samourais, au lieu de posséder leurs propres forces, les shoguns Ashikaga se sont affaiblis et mis à la merci des seigneurs locaux.

Cette faiblesse est devenue visible durant la Guerre d'Onin (1466-1477), cette guerre qui lance l'ère des "provinces en guerre" - "Sengoku-jidai", ou encore "ère Sengoku". Le conflit est lancé lorsque deux clans (les Hosokawa et les Yamana) règlent leurs différents par les armes... dans la capitale même, sans que le shogun ne puisse les arrêter. L'extension de la guerre après que les différents clans cherchent d'autres alliés montre que Kyoto est impuissante... En plus, cela lance une spirale infernale de haines et de vengeances qui fait sombrer le Japon dans la guerre.

Les décennies qui suivent sont des années où peu à peu le chaos gagne tout le pays. Les daimyo des provinces deviennent presque indépendants, en commençant par les provinces les plus lointaines, tandis que le shogunat lui-même s'affaiblit.

En cette année 1551, le shogun Ashikaga Yoshiteru ne contrôle plus que la province capitale, Yamashiro, autour de Kyoto, et ne peut compter que sur un nombre réduit de vassaux loyaux dans le Kansei, en plus de son allié à l'est, le clan Uesugi. Partout ailleurs, la guerre menace, comme différents seigneurs ambitieux luttent pour la suprématie! Mais ça n'est pas tout: des groupes religieux, les ikki-ikki, professent un renversement radical de l'ordre social, et agitent la paysannerie, tandis qu'à l'ouest sont arrivés des étrangers mystérieux, des nanbans, sur d'immenses navires, apportant un riche commerce... et des armes à feu.


Le vieux shogunat sera-t-il reversé? Et qui sera celui qui restera à jamais connu comme l'unificateur du Japon, le nouveau Shogun?

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Dim 24 Nov - 12:06


La cour shogunale

Le Shogunat ou Bakufu

Qu'est-ce que le shogun?

Le shogun est le chef militaire du Japon. Agissant comme véritable chef d'Etat à la place de l'empereur, qui est réduit au rang de simple symbole, il règne sur tout le Japon, s'établissant au sommet de la pyramide féodale.

La légitimité du shogun, avant-tout, est sa force militaire, qu'il maintient par le biais de ses liens avec des familles alliées, daimyos et samourais, qui lui ont juré loyauté, et qu'il récompense en leur donnant des fonctions, de l'argent, en riz et de terres. Ces liens sont très forts, et il est difficile de les briser, toutefois, en cas de brouille, les haînes, rancunes et vengeances sont tout aussi intenses que la loyauté l'était.

En termes politiques, en tant que maître du Japon, le shogun peut convoquer l'armée féodale japonaise, il exécute une justice absolue sur tout ses vassaux, nomme les officiels du bakufu: le kanrei, premier ministre du shogun, les hyojoshu (conseillers du shogun), le mandokoro (le ministère des finances shogunal), le monchujo, ou ministère de la justice, et enfin les jito, gouverneurs provinciaux sous l'autorité directe de Kyoto (donc différents des daimyos, qui étaient des vassaux très indépendants).

Evidemment, outre l'administration du bakufu, le shogun possède également une influence déterminante sur la nomination des proches de l'empereur: le daijo daijin, chancellier impérial, et les ministres de la gauche (Sadaijin), de la droite (Udaijin) et du centre (Naidaijin). En général, le shogun se sert de l'attribution de ces postes pour récompenser les fidèles.

Quelles relations avoir avec le shogunat?

En tant que seigneur de guerre ambitieux, vous avez essentiellement trois choix possibles d'interaction avec le shogunat:

Premièrement, vous décidez que le shogun Ashikaga est trop faible et ne mérite pas son poste, et qu'il vous conviendrait bien mieux. Plus vous gagnerez en pouvoir, plus le shogunat risquera toutefois de prendre ombrage de votre agressivité, et d'être à l'origine de machinations avec vos ennemis pour avoir votre tête... et, en définitive, cela pourrait conduire à la guerre ouverte avec Kyoto.

Deuxièmement, vous pouvez décider de soutenir de toutes vos forces le shogunat, en espérant ainsi obtenir suffisamment d'influence sur lui afin de devenir le maître réel, dans l'ombre... et d'éliminer vos ennemis trop ambitieux. Cela est plus délicat à faire, d'autant plus que plusieurs clans peuvent tenter d'obtenir de l'influence sur le shogun... et que ce dernier peut également ne pas avoir envie de votre "aide" désintéressée.

Enfin, dernièrement, vous pouvez choisir de totalement ignorer le shogunat, ce qui souvent vous placera dans les faits dans la première option. Cette possibilité, principalement utile pour les clans de territoires lointains (Kyushu, nord de Honshu), où l'emprise de Kyoto est faible, vous prive d'un levier diplomatique, mais également vous laisse de grandes libertés, notamment pour vous compromettre avec les barbares espagnols et portuguais.

Explication sur le nom

Le terme "shogun" est la contraction du terme "seii tai-shogun", qui signifie "commandant-en-chef", ou "commandant suprême". Etymologiquement, il signifie "grand général qui soumet les barbares de l'est", héritage des vieilles guerres contre les émichis, où la cour impériale et les régents Fujiwara nommaient un chef militaire chargé de combattre ces "barbares". Par la suite, c'est ce titre que prirent les chefs militaires de tout le Japon, et qui se raccourcit dans l'usage commun à Shogun.

Le 'Bakufu" ("gouvernement de la tente") est un mot qui désigne aussi bien le poste de shogun (il était utilisé pour souvent pour le désigner comme ça par les japonais que "shogun") que l'administration du shogun (le shogunat est ainsi appelé généralement "le Bakufu".

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Dim 24 Nov - 17:22



Les grands clans

Les grands clans sont les maîtres du pays. Ce sont des familles de seigneurs féodaux qui contrôlent héréditairement des provinces entières, souvent disposant du titre de "shugodai", "gouverneur", avec l'aide de leurs gardes de samourais et vastes armées d'ashigaru. Sans le soutien des clans, le shogun n'est rien...


Clans recherchés prioritairement pour le jeu:



Clan Oda

Le clan Oda, descendant lointain des Taira, est devenu indépendant du clan Shiba durant le XVème siècle, et qui ont progressivement consolidé leur influence sur la province d'Owari, au commencement du Tokaido. C'est une terre riche et stratégiquement placée, qui bénéficie de nombreux avantages pour l'extension dans toutes les directions et l'établissement d'un clan fort.
L'actuel chef de clan est un jeune homme de 17 ans, Oda Nobunaga, quelqu'un d'assez étrange. Fasciné par les étrangers, les mousquets et doté d'une personnalité... difficile, Nobunaga semble également possédant une ambition presque illimitée. Déjà au sein du clan Oda les chefs murmurent contre lui, et pensent faire appel à son jeune frère Nobuyuki. Parviendra-t-il à éviter la guerre civile? Parviendra-t-il à s'imposer face à de puissants voisins, le clan Saito du manipulateur Saito Dosan, le clan Imagawa de l'ambitieux Imagawa Yoshimoto et de son vassal le clan Matsudaira (Tokugawa)?

Difficulté: 8/10




Clan Uesugi

Clan ancien et illustre, le clan Uesugi a reçu des mains mêmes du shogun le poste de Kanto Kanrei, vice-roi du Kanto. Les domaines qu'il possède dans les provinces d'Echigo, Kozuke, et dans la région d'Aizuwakamatsu du sud de Mutsu en font l'un des plus puissants clans de Honshu, quoiqu'aussi l'un des plus exposés aux menaces: les Takeda, qui viennent d'occuper Shinano, les Hojo du Kanto, les Date de Mutsu, les Ikko-Ikki de Kaga. A la tête des Uesugi se trouve Uesugi Kenshin, un jeune homme de vingt-et-un ans, à la force de caractère extrême - il s'est fait moine bouddhiste -, à la grande noblesse d'âme, ainsi qu'au génie politique et militaire consommé - il a dédié sa propre bannière à Bishamonten, le kami de la guerre! Y a-t-il qui que ce soit de taille dans tout le Japon pour se poser en travers de son chemin?

Difficulté: 8/10




Clan Takeda

Le clan Takeda est un clan très ancien; il est installé sur les pentes du mont Fuji depuis plus de cinq-cent ans! Déjà à l'époque de la guerre de Genpei, il contrôlait la province de Kai, et cela n'a pas changé depuis. Au contraire; les Takeda sont forts et ambitieux. Ils viennent de prendre le contrôle de la moitié nord de la province de Shinano, qu'ils convoitaient depuis de nombreuses années. Leur alliance avec les Imagawa et les Hojo semble garantir leur front sud pour l'instant. Seuls les Uesugi, représentants du shogun dans la région, menacent le clan Takeda. Mais cela ne fait pas peur au nouveau chef des Takeda, Takeda Shingen, un homme exceptionnel par sa force et par sa détermination. Il a déjà prouvé son génie militaire en conquérant les places fortes du nord de Shinano, et a fait preuve de discernement dans le choix de ses subordonnés. Le clan Takeda est sur le point d'entrer dans une période de gloire exceptionnelle!

Difficulté: 6/10




Clan Hojo

Issus du clan Ise, mais apparentés par alliance au clan Hojo de Kamakura, dont ils ont repris le nom et les territoires, les Hojo sont un clan puissant et ambitieux. Depuis leur capitale à Odawara, ils se sont étendus dans le Kanto, expulsant les Ogigayatsu, une branche du clan Uesugi, de Musashi et de sa capitale, Edo. L'alliance des Hojo avec les Takeda et les Imagawa garantit leur sécurité à l'ouest, et leur permet d'envisager sereinement la conquête de tout le Kanto. Qui pourrait s'opposer à eux? Les Satomi sont perfides mais faibles, les Satake ne sont que des opportunités sans force ni honneur, et les Uesugi, qui détiennent le titre de gouverneur du Kanto, Kanto-Kanrei, sont loin. Le seigneur de la guerre Hojo, le vieil Hojo Ujiyasu peut envisager sereinement son avenir...

Difficulté: 4 /10




Clan Shimazu

Le prestige du clan Shimazu est grand; les daimyos de Kagoshima desendent directemnt Minamoto no Yoritomo, le premier shogun du Japon! Depuis lors, cette branche de la famille s'est installée à la pointe sud du pays, et y a prospéré. La province de Satsuma, qu'ils tiennent depuis des siècles, est prospère et promise à un avenir d'autant plus beau que c'est là qu'a été établi le premier contact avec des marins occidentaux, navigateurs portuguais rejetés par la mer sur les côtes Shimazu. C'est là le signe le plus clair de la destinée glorieuse de ce clan; leurs vieux rivaux, les Ito, qu'ils haïssent depuis l'époque de la guerre du Genpei, et convoitent Satsuma, tomberont! Et une fois cela fait, qui pourra encore s'opposer aux Shimazu à Kyushu? Le chef du clan, Shimazu Yoshihiro, est un politicien expérimenté et compétent, en plus d'un soldat. Les samourais de Satsuma n'attendent que son ordre pour marcher au combat!

Difficulté: 4/10




Clan Chosokabe

Contrairement à de nombreux grands clans, les Chosokabe ont une histoire récente: ils se sont emparés sous Chosokabe Kunichika de la province de Tosa, qui, éliminant ses anciens maîtres, le clan Ichijo, s'est établi au château Nankoku. Ambition, position favorable et talents seront autant que de forces pour le clan Chosokabe dans la route qui parait toute tracée pour lui: la conquête de l'île de Shikoku! Les clans voisins, Kono et Soga, sont faibles, tandis que les Miyoshi sont distraits par les menaces pesant sur leurs possessions de Honshu. Où s'arrêtera l'ambition de Kunichika?

Difficulté: 3/10




Clan Imagawa

Branche latérale de la famille Ashikaga, descendant des Minamoto, possesseurs des provinces de Totomi et de Suruga, les Imagawa sont parmi les plus puissants et influents seigneurs du Japon. Le maître de ce clan, Imagawa Yoshimoto, est un homme important: après s'être marié à la soeur de Takeda Shingen, il a guerroyé aussi bien contre les Hojo que contre les Matsudaira (Tokugawa), inféodant ses derniers et ajoutant la province de Mikawa à sa zone d'influence. L'hostilité entre le clan Imagawa et le clan Oda est ancienne, les Oda ayant soutenu une faction anti-Imagawa des Matsudaira contre Yoshimoto. A présent, la rupture entre ces clans est consommée, et seule la guerre réglera leurs différents. Les Imagawa sont prêts à tirer le katana, et, après tout, qu'a-t-il quiconque de plus légitime qu'eux pour redresser le shogunat déclinant?

Difficulté: 5/10




Clan Mori

Le clan Mori de Nagato descend d'une famille ancienne et illustre de serviteurs du shogunat, et est proche du pouvoir de Kyoto, en raison des vieux liens de loyauté unissant le clan Mori au clan Ashikaga. Mais ça n'est pas tout: leurs anciens suzerains, le clan Ouchi de la province de Suo, après avoir été pendant des siècles le principal clan de l'ouest, est désormais en déclin. Récemment encore, le seigneur Mori Motonari est parvenu à obtenir d'eux le contrôle de la province d'Aki, afin de plus efficacement combattre leur ennemi commun, les Amago. Toutefois, le principal obstacle à une bonne relation avec les Ouchi reste l'influence délétère qu'exerce l'un des principaux chefs samourais de Suo, Sue Harukata, sur le clan. Qui sait quand il tentera de s'emparer du pouvoir sur le clan Ouchi? De nombreuses opportunités semblent se présenter pour les Mori...

Difficulté: 4/10




Ikko-Ikki

Cette faction n'est pas réellement un clan; elle est unique! Il s'agit en réalité d'un puissant mouvement religieux, mené par les moines du courant Jodo Jishu du bouddhisme. Leur discours social et leur remise en cause de la suprématie des samourais leur a valu l'ire de Kyoto, et le shogun a appelé à son aide ses vassaux, qui ont expulsé les Ikko-Ikki du Kansei, les rejetant vers le nord et les provinces d'Echizen et Kaga. Vivant à présent en exil, les chefs de la secte savent pourtant que leurs soldats fanatisés et leur doctrine sociale subversive peuvent à tout moment renverser la situation, et repartir à l'attaque. Les chefs militaires Shimozuma des Ikko-Ikki sauront les mener à la victoire. Les tyrans et le shogun tomberont! Une vague religieuse déferlera sur tout le Japon, et le purifiera!

Difficulté: 7/10


Dernière édition par Syllas - Shogun Ashikaga le Dim 8 Déc - 11:13, édité 3 fois

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Lun 2 Déc - 13:52



La guerre et les armes
Ce post reprend partiellement la section "guerre" du règlement, en la détaillant

La guerre au Japon féodal possède des points communs comme des différences avec la guerre telle qu'on a la connaît en Europe, ou même en Chine. Parmi les points communs, il y a l'importance d'un groupe social de guerriers professionnels qualifiés et bien équipés, ainsi que le rôle très important joué par les châteaux. Dans les différences, on trouve la nature étroite du terrain, coincé entre mer et montagne, les armes assez inhabituelles qu'utilisent les japonais, ou encore les sohei, moines soldats bien différent des Templiers et autres Teutoniques. Voyons quelques-uns de ces points:



Organisation des troupes : Les troupes au Japon sont hautement organisées : les régiments et bataillons disposent chacun de drapeaux et de signes de reconnaissance, les soldats vont au combat avec des petites bannières de leur clan attachées à leur dos (les sashimono), tandis que la position du général est indiquée par de très grandes bannières où symboles nommés uma-jirushi. Les affrontements entre troupes sont donc organisés soigneusement et dans le plus grand des ordres; généralement, la première armée à perdre cette formation perd également la bataille. Souvent les bannières portent soient des mon, symboles plus ou moins abstraits représentant leur clan, ou encore des kanji (idéogrammes sino-japonais), indiquant le nom de leur faction, de leur divinité ou de leur unité.

Territoires et stratégies : Le Japon est un petit pays, de la taille de l'Allemagne, et est très densément peuplé. En plus, l'essentiel du terrain est couvert par des montagnes, qui empêchent le déplacement des armées. Par conséquent, il y a très peu de place pour réellement combattre, et donner des ordres de bataille en ignorant cela est très risqué. Souvent les armées se retrouvent à combattre sur de petits territoires, dans des campagnes s'étalant sur des dizaines, au plus une centaine de kilomètres. Il faut penser ses stratégies sur ce genre de petite échelle, et en fonction des sièges de châteaux omniprésents qui forment le cœur de la guerre au Japon. Réfléchissez-y bien.

Le Bushido : "Voie du guerrier", le Bushido est un code d'honneur non-écrit qui doit guider la vie et surtout la mort d'un samourai. Il doit inciter le guerrier à vivre avec honneur, à protéger au péril de sa vie son seigneur, à respecter ses serments, et, le cas échéant, à commettre le suicide rituel, le seppuku, comme seule manière de laver son honneur d'une faute impardonnable. Le bushido peut également conduire un samourai à poursuivre l'auteur d'une offense jusqu'au bout du monde pour avoir sa vengeance.
Malgré cette allure très impérative, il faut toutefois se dire que comme les codes de la chevalerie occidentale, le bushido n'était au final guère plus qu'un idéal de vie, et que les champs de batailles n'étaient que des boucheries terribles où mourraient par centaine des samourais et ashigaru - soldats d'infanterie non-samourai - par milliers, et que bien des samourais étaient aussi cruels et deshonnorables que d'autres hommes.

Samourais et Onna Bushi: Les samourais sont une classe sociale de guerriers professionnels, rattachés à un maître, qui les emploie au combat ou comme conseiller, les nourrit ou les récompenses en terre. S'entraînant pendant des années, les samourais maîtrisent parfaitement leurs deux armes de prédilection: avant-tout l'arc long yumi, ensuite le katana. Ils excellent également avec la naginata, le yari, et toutes sortes d'autres armes, en ce qu'ils sont très versatiles. Contrairement aux chevaliers occidentaux, les samourais ne sont pas (encore) une classe sociale fermée, et des gens de basse extraction peuvent s'y faire une place, généralement après une ou deux générations. Les Onna-Bushi ("femmes-guerrières" ou "femmes de guerrier") sont le épouses et soeurs des samourais; si elles doivent se conformer à l'idéal d'élégance et de calme des femmes japonaises (yamato nadeshiko), cela comprend également un entrainement solide à la naginata. En cas de besoin, elles sont prêtes à prendre les armes et combattre aux côtés de leurs maris!

Armes utilisées : Contrairement à l'occident, le Japon possède une grande diversité dans les armes utilisées au combat, qui se déclinaient en autant de modèles que d'arts martiaux différents. Les principales demeurent toutefois le sabre japonais classique (le katana), le sabre court (wakizachi) la lance (le yari), la hallebarde (la naginata, souvent aussi maniée par les femmes), l'arc long (yumi) et plus tard l'arquebuse (tanegashima, ou teppo). Chacune de ces armes a ses avantages et ses inconvénients, et les connaître est essentiel à la victoire.

Voici une brève présentation de quelques-unes armes utilisées:

Katana:
Très connu, ce sabre caractéristique des samourais possède une lame exceptionnellement tranchante, faite à partir de couches d'acier superposées. Excellent pour trancher, il est toutefois fragile et n'égale pas en résistance les épées longues européennes.

Arc yumi
La voie de l'arc, ou Kyudo, est le coeur historique de la voie du guerrier - le bushido. Très grand, cet arc demande une bonne force et une maîtrise conséquente afin d'être utilisé efficacement par un guerrier, mais, en retour, est capable de mettre à bas un cavalier et/ou sa mouture sans difficulté.

Naginata:
Très vieille arme japonaise, la naginata est un compromis entre la hallebarde et la lance, et se révèle remarquablement versatile: utilisée avec succès aussi bien contre des ennemis en armure que contre la cavalerie, elle peut servir à percer, taillader ou encore éventrer. Sa maîtrise est tout un art, le naginata-jutsu. Cette arme s'est aussi imposée comme l'arme féminine caractéristique à partir de la période Muromachi.

Arquebuse:
L'arquebuse, appelée aussi Tanegashima, du nom du premier lieu d'import de ces armes au Japon, ou encore Teppo, est une introduction récente dans l'art de la guerre nippon. Les marchands portuguais ont vendu des arquebuses aux japonais, qui, les copiant, sont rapidement devenus maîtres de leur fabrication et usage. Elles sont utilisées de préférence montées sur des échafaudages (semblables aux gulyay-gorod russes) servant à protéger les tireurs de la cavalerie, et à rendre le tir plus stable.


Réfléchissez-y bien.

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Mer 4 Déc - 13:08



La religion

Situé à l'écart du reste de l'Asie, le Japon a connu une histoire religieuse particulière, où plusieurs croyances se sont rencontrées: issu du chamanisme ancestral japonais, le Shinto, importation d'Asie, le Bouddhisme et ses dérivés, et enfin, récemment arrivé avec les européens, le christianisme.

Shinto: Religion ancestrale du Japon, le Shinto se caractérise par l'adoration des esprits, les Kami, dont les plus importants occupent la place des Dieux des mythologies occidentales. Un système sophistiqué de temples et de réseaux de pouvoirs contrôle l'édifice shinto, avec à son sommet l'empereur et les grands prêtres des sanctuaires d'Ise, Izumo et Nara. Cette religion traditionnelle est toutefois subi un haut degré de synchrétisme avec le bouddhisme, au point que le bouddhisme shinto est dans les faits la religion la plus pratiquée.

Bouddhisme: Spiritualité importée d'Asie continentale, le bouddhisme suit les enseignements du Buddha dans un grand nombre d'écoles différentes, centrées sur les concepts de réincarnation, de karma, le zen et d'illumination (nirvana). Dans l'archipel Nippon, c'est la variante du Grand Véhicule (Mahayana) Emprunte d'une profonde philosophie de la vie et de la mort, cette spiritualité a eu une influence déterminante sur l'histoire et la culture du Japon. La variante la plus répandue du bouddhisme est celle, typiquement japonaise, où il se marie avec le shinto pour former une croyance synchrétique, le bouddhisme shinto.

Bouddhisme Jōdo Shinshū: Variante du bouddhisme basée sur les enseignements du moine shinran du XIIème siècle, et a fortement grandi grâce à ses principes égalitaristes et à sa doctrine proche des paysans. C'est à partir de cela que les soulèvements Ikko-Ikki ont étés lancés.

Christianisme: Importé depuis l'extrême occident par des marchands portuguais et espagnols, le christianisme catholique est une religion basée sur le ministère de Jésus Christ, et prêche l'amour de son prochain, et la rédemption des âmes. Soumis à l'autorité du pape à Rome, et soutenus dans leurs missions par la Compagnie de Jésus (Jésuites) et par les Franciscains, les chrétiens semblent déterminés à sauver le plus d'âmes possible au Japon.

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Sam 7 Déc - 16:51



Economie et commerce

Le Japon est un vaste archipel, qui présente des ressources assez abondantes pour une civilisation pré-industrielle: des terres fertiles et adaptées à la production de riz, des ressources minières comme de l'or (Sado, Izu, Iwami) et de l'argent (Sado, Omi, Bingo), mais aussi du cuivre, du plom, et un peu de charbon. Les vastes forêts giboyeuses du nord donnent accès à du bois de construction d'excellente qualité, et à des fourrures, tandis que les mers entourant l'archipel sont très poissonneuses.

L'activité principale des japonais demeure toutefois l'agriculture, plus préçisément la riziculture, florissante dans les régions du Kansai et du Kanto, vastes plaines très propices à l'agriculture, et sur les bords des montagnes basses du Tokaido, du Chugoku, ainsi que des îles de Shikoku et Kyushu. Au contrario, les terres du nord sont plus pauvres, et privilégient une riziculture à plus petite échelle, et la céréaliculture. Le Hokirukudo, la côte nord-ouest, possède des terres céréalières riches et peu peuplées.
La culture de fruits, comme les orangers, est aussi possible dans le sud du pays, à partir de la péninsule de Kii (Kansai).

L'artisanat japonais est raffiné et sophistiqué, s'inspirant de l'art chinois, mais développant également des techniques locales. Les japonais savent produire de splendides objects laqués, des dispositifs en bambou, des objets religieux, des textiles splendides, et ont une métallurgie d'exception.

Enfin, le commerce est également une grande richesse du Japon. Un certain nombre de grandes routes commerciales traversent de part et d'autre le pays, et ont même donné le nom à des régions: le Tokaido, la route de l'est, le Tosando, la route de l'intérieur, le Nankaido, la route du sud, etc. Ces routes ont étés pavées et sont dotées de relais réguliers afin de permettre aux voyageurs de se reposer et aux marchands de vendre leurs produits.
Le commerce maritime est également très développé dans le sud du pays, dans la mer intérieure de Seto, et, depuis les ports de Kyushu et Tsushima, vers les partenaires plus lointains, la Corée, la Chine, Okinawa, et l'occident, même si ce commerce international ne demeure pour l'instant qu'embryonnaire.


Dernière édition par Syllas - Shogun Ashikaga le Sam 7 Déc - 17:51, édité 1 fois

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Sam 7 Déc - 17:04



Les occidentaux (nanban) et autres étrangers

Alors même que le Japon sombre dans l'anarchie féodale, en extrême occident, d'immenses énergies se sont libérées. En 1492, les espagnols sont arrivés aux les Caraïbes, pendant que les Portuguais exploraient l'Océan Indien, et établissaient un comptoir à Goa. Ne s'arrêtant pas là, déterminés à obtenir les immenses richesse de l'orient, et à propager la Bonne Parole, les marchands et conquistadors portuguais ont passé le détroit de Malacca, et se sont bientôt présentés devant les côtes japonaises. Peu après, les espagnols ont pris le contrôle des Philippines, et sont également entrés en contact avec les nippons.

L'arrivée des Nanban ("barbares du sud") a apporté des changements profonds au Japon. D'abord, évidemment, leurs technologies: des arquebuses largement plus performantes que les vieux canons à main rudimentaires que les japonais avaient copié sur les chinois, et qui vont vite révolutionner la conduite de la guerre, et aussi la perspective de construire de nouveaux navires, plus grands, plus solides, capable de traverser d'immenses océans.

Un autre import, plus insidueux mais peut-être aussi dangereux, est le christianisme. Avec les marins et commerants portuguais sont arivés les jésuites, intellectuels de premier plan, capables de rapidement apprendre la langue du pays, de prêcher, et de semer le doute dans les populations, décrédibilisant les anciennes superstitions! Si, pour l'instant, le nombre de convertis demeure faible, cela pourrait changer si les chrétiens continuent leurs prédications sans entraves...


Toujours parmi les étrangers, les chinois et les coréens sont de vieux voisins et partenaires des japonais. Depuis des siècles, le commerce existe entre ces peuples, mais aussi la méfiance: les populations de marins pauvres des îles de la côte de Kyushu vont en effet souvent s'embarquer sur des expéditions pirates dirigées contre les régions côtières chinoises et coréennes! Souvent, les relations de voisinnage sont tendues suite à cela... Malgré tout, un commerce lucratif existe, principalement composé d'import de matières premières absentes du Japon depuis le continent, et l'export d'argent (le métal) japonais. Enfin, l'empereur de Chine n'a peut-être pas oublié les vieux précédents où les chefs du Japon se sont, du bout des lèvres, déclarés ses vassaux...

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Dim 8 Déc - 11:04



Divers aspects de la culture japonaise: titres, noms, sciences, art, habitudes etc.

Les différences et spécificités japonaises ne s'arrêtent pas aux quelques points explorés plus haut, et, hélas, un livre ne serait pas assez pour ne serait-ce que toutes les mentionner. Malgré tout, c'est dans ce dernier post de l'encyclopédie que seront listés et brièvement expliqués des points qui n'ont pas pu être placés ailleurs.

Noms:
Brève mais utile préçision, le japonais, comme le coréen, le chinois et le hongrois, est une langue où l'ordre du nom et prénom est inversé par rapport à ce à quoi nous sommes habitués, avec le nom de famille placé en premier, et le nom personnel en second. Ex: Oda Nobunaga signifie "Nobunaga [du clan] Oda"
Notez aussi que changer de nom est une pratique très courante, afin de marquer des changements personnels, ou d'adopter un autre nom par respect pour d'autres. Ainsi, le clan Tokugawa s'appelait initialement Matsudaira.

Politesse, titres et particules:
Pour ceux qui ne le sauraient pas, les japonais sont extrêmement formalistes, d'autant plus à l'époque féodale où les rangs sociaux sont très différents. Par conséquent être poli et utiliser le bon titre envers son interlocuteur est essentiel.
Qui plus est, il existe des niveaux de language, permettant, comme dans les langues occidentales, de différencier le degré de respect (keigo) et de familiarité dans la discussion. Evidemment, c'est impossible à rendre sur un forum, mais le premier joueur qui fera de la familiarité en s'adressant au shogun risque de ne pas avoir la réponse à laquelle il s'attendait...

"-sama": le maître
Celle qui se rencontre le plus souvent à l'époque, "sama" est une particule ajoutée à la fin du nom d'une personne pour marquer le fait que celle-ci est supérieure à la personne l'emploie, socialement ou en terme de stature intellectuelle. Ex: O-Hime-Sama: Manière de s'adresser à une princesse.

"-dono": le seigneur
Contrairement à "-sama" qui est généraliste, "-dono" est une façon de s'adresser propre aux seigneurs et aux samourais. La relation hiérarchique et de pouvoir y est particulièrement prononcée. Ex: "Daimyo-dono": manière de s'adresser à un daimyo.

"sensei": le professeur
Très connue, cette manière de s'adresser est distinctement celle de l'élève au professeur, relation très forte dans la culture japonaise. "Sensei" peut être utilisé isolément comme le nom "professeur", ou de façon composée comme "sama" et "dono" en l'ajoutant à la fin du nom de la personne.

"-san": la forme généralisme
Cette façon de s'adresser est celle utilisée entre égaux (jusqu'à aujourd'hui), et est globalement neutre. Ex: Hideyoshi-san.

Le shogun
Evidemment, en tant qu'autorité suprême, le shogun a des formes particulières dévolues à sa personne. La plus courante est "taiko", signifie "régent", aboutissant à la forme de politesse qu'emploieront longtemps les européens: "taiko-sama", "maître régent".

Le thé:
Pratique au coeur de la civilisation japonaise, savourer le thé a été élevé au rang d'art, requiérant une codification préçise des gestes, des produits de qualité supérieure, des ustensiles glorifiés et une préoccupation de l'harmonie et du zen. La cérémonie de thé connaît ainsi des maîtres (sensei), qui sont payés très chers par des seigneurs et des riches marchands pour la pratiquer chez eux.
Dans S&D, cela peut améliorer votre savoir, votre Tao, et votre popularité.

Ce post est appelé à s'étendre si de nouvelles questions ou réflexions surgissent. N'hésitez-pas à vous adresser au MJ!

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclopédie de Shogun & Daimyo - Informations historiques et culturelles

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum