Kyushu-no-Muchitsujo (1565)

Aller en bas

Kyushu-no-Muchitsujo (1565)

Message  Syllas - Shogun Ashikaga le Mar 20 Mai - 22:46


1er semestre 1565

Après des années de paix, la guerre éclate à Kyushu entre les deux plus grands clans de l'île: les Otomo et les Shimazu. Cela fait suite à une longue série de complots et de manipulations ayant jeté le discrédit sur les deux familles. Les relations entre les deux clans ont étés envenimées par des suspicions de politiques commerciales hostiles, de subversions, sans parler de la proximité des Otomo au christianisme et aux chrétiens. Lorsque après des mois d'échanges de calomnies les Otomo déclarent la guerre, c'est tout Kyushu qui est plongée dans le chaos: le désordre de Kyushu, Kyushu-no-Muchtsujo. Rapidement, il devient clair que les Nabeshima tendent plutôt du côté des Shimazu, avec lesquels ils ont une alliance défensive, tandis que les Ito n'ont pas oublié la perte d'Osumi, et sont prêts à profiter de la fin du pacte de non-agression jadis imposé par Kyoto pour tenter de les reprendre. Seul l'avenir dira toutefois si ils prendront part à la guerre.

Avec la déclaration de guerre, les opérations militaires commencent immédiatement sur mer. Deux flottes se font face: celles des Otomo, forte de 40 unités de jonques (200 navires), et celle des Shimazu, nettement plus expérimentée et mieux équipée, mais en forte infériorité numérique, avec 18 unités (90 navires). Les flottes utilisent des déploiements différents; tandis que les navires Shimazu appareillent et se dirigent rapidement vers la chenal de Bungo et l'entrée de la Mer Intérieure de Seto, pendant que les navires Otomo font le mouvement inverse, passant depuis Bungo le détroit de Kanmon, et allant mouiller au larg de Chikugo, où ils sont rejoints par l'armée fin janvier, entamant un embarquement.

En parallèle, les navires Shimazu ont mené une série de raids dévastateurs sur la côte est, dégarnie de navires Otomo, causant de nombreux tords au commerce local, notamment à l'important comptoir nanban, où les entrepots sont incendiés, et plusieurs importants marchands, nippons comme nanban, périssent... Les pertes de richesses sont considérables.
Des vigies se tiennent également prêtes afin afin de repérer d'éventuelles agitations et passages de troupes dans Hyuga, mais concrètement leur efficacité est très faible à cette distance.

Une fois les ravages, terminés, les navires Shimazu se déploient plus largement, envoyant des jonques vers les détroits de Tsushima et de Corée, tout en laissant une force devant Bungo, et enfin un dernier détachement (1/4 du tout) pour bloquer la Mer d'Ariake. Toutefois, à leur arrivée, ils y constatent que c'est toute la flotte Otomo qui s'y trouve! Le commandant Shimazu a la présence d'esprit de se retirer à temps, mais pas avant que six de ses jonques tombent devant la supériorité numérique colossale (un contre dix) des Otomo. Le blocus de la mer d'Ariake échoue, tandis que la flotte Otomo prend la mer, lourdement chargée de troupes...

En effet, grâce à un agent dans les rangs Shimazu, les Otomo ont appris le déploiement vers le nord de Higo des forces terrestres Shimazu, en vue d'une invasion de Chikugo, et les Otomo se préparent à lancer une attaque surprise depuis la mer! Descend la côte de Higo jusqu'au sud de la Mer d'Ariake, dans la Mer de Yatsushiro, où elles débarquent leurs forces à 5 kilomètres au nord du bourg de Yatsushiro, entre cette ville et Kumamoto, capitale de Higo. Toutefois, la durée des opérations de débarquement d'une pareille force, notamment de ses canons, empêchent l'effet de surprise de jouer. Le 15 mars, les Shimazu et les Otomo se font face dans la plaine d'Uki: 20.000 Otomo avec 20 canons d'un part, 16.000 Shimazu avec 10 canons et 5 pierrières d'autre part.

[HRP] Comme à l'accoutumée, j'ai préféré tirer aux dés pour ce moment décisif. Et je dois dire que le Shimazu a une poisse juste incroyable avec ces dés... Détails du tirage en fin de post.

Alors que la bataille s'engage, les Otomo font immédiatement usage de leur organisation, et de leur artillerie supérieure en nombre, pour pillonner aussi longtemps et efficacement que possible les Shimazu, les poussant à les attaquer sur leur terrain. Juste avant de faire face à l'assaut adverse, ils reconfigurent leur formation et envoient leurs samourais les plus lourds défendre les positions d'artillerie, avec le feu de couverture des teppo. La cavalerie flanque alors les Shimazu, et rapidement les flancs de l'armée de Satsuma s'effritent. La cavalerie Shimazu, plus légère et agguerrie, est toutefois en mesure d'échapper aux samourais montés Otomo, et parvient à encadrer tant bien que mal le reflux du centre graduellement de plus en plus affaibli. C'est alors qu'une vague d'ashigaru frais est envoyée en poursuite, et la retraite vire à la déroute. Les positions Shimazu sont submergées, et les artilleurs ne parviennent qu'à saborder la moitié des pièces d'artillerie, le reste étant capturé. Durant cette retraite, les fameux 47 samourais de Satsuma, mystérieuse unité de soldas d'élite, s'illustrent au combat, et parviennent à éliminer d'importants officiers de l'armée Otomo, sans toutefois atteindre de chefs du niveau de commandement...

Pour la postérité, la bataille d'Uki sera considérée comme la première bataille du Sengoku où l'artillerie et les armes à feu ont été présentes des deux côtés, et ont joué un rôle réellement décisif.

A la fin de la journée, l'armée du clan Shimazu, victorieuse depuis des années, est brisée, ayant perdu 10.000 hommes aux lames ennemies, à la capture ou à la désertion, tandis que les pertes Otomo restent acceptables. C'est un triomphe pour ceux-ci, qui ne perdent pas de temps et se dirigent à marche forcée vers Kumamoto. La petite garnison de la ville résiste pendant un mois entier, durant lequel des troupes Otomo sont envoyées soumettre différents districts de la provincede Higo. Début mai, Kumamoto se rend.

Pendant ce temps, les 6.000 soldats Shimazu survivants, et leur daimyo, se sont retirés par la passe de Kyoshichi dans Satsuma, vers Kagoshima, où des recrutements massifs avaient commencé dès janvier. Ce sont déjà 3.000 hommes frais qui se tiennent prêts... mais ces renforts ne compensent pas la défait d'Uki.

De plus, un complot des Shimazu dans le nord s'est révélé vain. En effet, depuis des années, les clans Hoshino et Akazuki de Chikuzen, et Tawara de Chikugo avaient une amitié forte avec les Shimazu, soigneusement cultivée par des cadeaux régulièrement envoyés depuis Kagoshima, des accords commerciaux, et des incitations à rejeter le joug des Otomo, que ces clans n'apprécient guère... Toutefois, le réseau de contre-espionnage Otomo, mobilisé intensivement depuis la récente affaire d'agents Shimazu, a repéré les mouvements suspects de messagers et de cadeaux, et le daimyo Otomo, se déplaçant secrètement et personnellement chez les suspects, a réussi à obtenir des aveux des Hoshino. En effet, les Shimazu ont incité ces clans à se révolter contre les Otomo, en échange de la promesse de devenir seigneurs dans leurs provinces, et de grandes sommes d'argent... En échange d'assurances de retour dans l'honneur et de terres, ainsi que de la restitution des cadeaux, les clans ont étés pardonnés, et la vaste mutinerie prévue dans le nord n'aura pas lieu... Ce signal de stabilité dans la région n'a également pas été perdu pour les Nabeshima, qui hésiteront désormais à soutenir les Shimazu.

A la fin de ces six mois de guerre, la situation des maîtres de Satsuma est difficile. Si, sur mer, leur force est globalement intacte, et que leur tentative d'affaiblissement du commerce Otomo a été une belle réussite, leur entreprise sur terre a échoué, pire, leur force militaire est gravement affaiblie, et le contrôle de Higo a été perdu, les plaçant sur une inconfortable défensive dans leurs deux provinces principales du sud de l'île, d'autant plus inconfortable que le pacte de non-agression jadis imposé aux Ito par le shogunat est en phase de s'achever...


Pertes:

Otomo:
1.500 ashigaru
750 samourais
750 teppo
425 cavaliers samourais
20 servants d'artillerie
4 jonques (80% d'une unité)

Shimazu:
5.100 ashigaru (morts et désertions)
1.860 samourais
620 onna-bushi
1.240 teppo
430 cavaliers légers
620 cavaliers lourds
50 servants de batteries de siège
6 jonques (120% d'une unité)

Dés:
Bataille des plaines d'Uki
10 Choix possibles. Compte tenu du splendide niveau de plannification Otomo (je vous donnerai en section HRP quelques extraits, vous allez croire que vous hallucinez) et de sa supériorité numérique et tactique, la grille est clairement en sa faveur, mais avec 40% de chances de non-victoire toutefois.

1 Victoire Otomo écrasante; 2 Victoire Otomo nette; 3 Victoire Otomo nette; 4 Victoire Otomo nette (mort de chefs); 5 Victoire Otomo; 6 Victoire Otomo Coûteuse (mort de chefs); 7 Pat (mort de chefs); 8 Victoire Shimazu coûteuse; 9 Victoire Shimazu coûteuse; 10 Victoire Shimazu Coûteuse

Tirage: 1

Promis Shimazu, la prochaine fois que je dois faire ça, je lirai dans les feuilles de mon thé plutôt que d'utiliser les dés pour toi, je crois que quelqu'un t'a jeté un sort ou quelque chose comme ça, car là c'est juste terrible.

Suite ici

_________________
Shikata Ga Nai
avatar
Syllas - Shogun Ashikaga
Maître du jeu

Messages : 3513
Date d'inscription : 19/11/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://shogunetdaimyo.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum